Mobilités jeunesse

Les acteurs s’adaptent aux restrictions et renforcent les actions locales de solidarité

Le contexte pandémique lié à la Covid-19, restreint les mobilités, qu’elles soient locales ou internationales et amène les acteurs de la mobilité à s’adapter mais aussi à proposer, expérimenter des dispositifs ou actions alternatives.

De nombreux séjours suspendus, mais des jeunes qui restent mobilisés

Le Conseil départemental a maintenu, dans le cadre de son dispositif- Appel à Agir, son soutien aux projets de mobilité européenne et internationale des jeunes. En 2020, ce sont une dizaine de projets qui sont soutenus.

Le contexte a bien évidemment eu des impacts sur leur réalisation, puisque d’abord la phase « séjour/ voyage » des projets, n’a pour le moment pas pu se concrétiser et elle reste difficile à programmer. Et ensuite, les associations rencontrent des difficultés à mobiliser les autres ressources financières nécessaires à leurs projets car certains organismes/ bailleurs ont décidé de suspendre provisoirement leurs dispositifs de soutien.

Malgré ces contraintes, qui fragilisent leurs projets et leur fonctionnement, les jeunes, à travers leurs associations, ont su tout de même rester actifs et réactifs en maintenant leurs projets et en démarrant leurs activités comme :

-  Le recrutement des participants :
-  La préparation et l’animation d’ateliers :
-  La mobilisation des membres autour du projet ;
-  L’organisation de réunions virtuelles avec le partenaire à l’étranger pour faire le point sur la situation sur place, le calendrier, rediscuter et préparer les activités à réaliser sur place sur le plan logistique et financier.

Tout cela participe à faire vivre les projets mais est aussi la manifestation d’un véritable engagement des jeunes du territoire sur des actions de solidarité internationale pour lesquelles ils sont investis et mobilisés depuis plusieurs mois, voire années et qu’ils espèrent pouvoir poursuivre par un voyage et un réel échange avec les partenaires et jeunes sur place.

Faire vivre la solidarité dans l’espace local

Souvent, les associations, ont réorienté leurs énergies sur des actions de solidarité locale d’entraide pendant la pandémie, comme l’association Mejless, qui a organisé des distributions alimentaires auprès des familles en difficulté à Bobigny.

C’est cet engagement, à la fois local et international, qui dans le contexte, est mis en lumière et permet peut-être de se rendre compte davantage qu’un projet de mobilité ne se limite au voyage, mais qu’il englobe toute une démarche, une dynamique, des actions à différentes échelles.

C’est ainsi que les organismes de promotion et de soutien à la mobilité internationale des jeunes ont dû, face à la crise sanitaire et à la fermeture des frontières, s’adapter et mettre en place de nouveaux outils ou dispositifs.

Le FONJEP a ainsi pris la décision en 2020 de suspendre les dispositifs JSI-VVSI et a annulé les jurys jusqu’à la fin de l’année 2020 pour toutes les destinations. Néanmoins, pour soutenir les acteurs de jeunesse et de la solidarité internationale, il a expérimenté dès juillet 2020, un nouveau dispositif- ISI (Initiative pour la solidarité internationale) visant à soutenir l’engagement des jeunes dans des projets de solidarité internationale.

Le dispositif a si bien fonctionné (300 projets déposés et 170 retenus) qu’il a été renouvelé. Un appel à projet a été lancé le 8 décembre dernier et se clôture le 29 janvier prochain.

L’Office franco-québécois pour la Jeunesse (OFQJ) a développé une offre numérique de ses actions dans l’attente de la reprise des mobilités : participation en ligne à des événements internationaux, formation et échanges d’expertises internationaux…) et lancé en novembre 2020 un nouvel Appel à projets « Relance jeunesse 2021 » qui vise à susciter l’émergence d’initiatives portées par la jeunesse et à soutenir des projets de mobilité vers le Québec.

L’appel à projets se clôture le 31 janvier