Retour sur ...

... l’édition 2020 "Initiatives de Paix portées par le réseau des acteurs de la culture de paix de Seine-Saint-Denis"

Cette année, malgré les conditions sanitaires, le Service International-Via le Monde du Département de la Seine-Saint-Denis et le Réseau des acteurs de la culture de la paix et de la non-violence, ont mis en place une série de débats en ligne pour discuter autour de la construction de paix en Seine-Saint-Denis et dans le monde, dans le cadre des initiatives autour du 21 septembre, journée internationale de la Paix.

Une série de trois débats organisés avec Non-Violence XXI

Le premier débat, réalisé le 21 septembre, a eu pour objectif discuter sur la nouvelle nature des relations internationales face aux phénomènes de crises globales comme la COVID 19 et le réchauffement climatique.

Ensuite, le deuxième débat « En 2020, comment construire une Seine-Saint-Denis de Paix ? », du 23 septembre, s’est focalisé sur la construction de la paix au quotidien dans le Département de la Seine-Saint-Denis, très affecté par la COVID 19 et ses impacts sociaux et économiques.

Le troisième débat, organisé le 25 septembre, a mis en place une discussion autour de la lutte contre les violences faites aux femmes dans le monde, ses causes, conséquences et les possibles moyens d’en sortir.

Enfin, les trois débats ont donné aux participant.es l’occasion de discuter autour des conditions de paix de toutes les régions de la planète. De la Seine-Saint-Denis, en passant par le Sahel, la Colombie, le Vietnam, entre autres.

Comment construire un monde de paix dans un contexte post-covid ?

D’un côté, le premier débat, avec la participation de Bertrand Badie, Clémence Verreux du Shift Project, Adam Oumarou représentant du FORIM et des représentants du mouvement de la paix et Non-violence XXI, a abordé la question de la paix de façon globale, en questionnant sur la perte de force des relations interétatiques, face à l’importance croissante des relations inter-sociales. Ce sont les populations délaissées dans le Moyen-Orient, le Sahel et l’Amérique Latine qui vont déterminer le cours des relations internationales dans les années à venir et c’est pourquoi, la lutte contre les inégalités doit être placée au cœur de tous les processus de construction de paix dans le monde. De plus, des problématiques globales, comme le réchauffement climatique et la dépendance aux ressources pétrolières, sont aussi liées à la lutte contre les inégalités. L’accès à l’information a été relevé comme élément essentiel pour la paix, car une citoyenneté bien informée, c’est le meilleur outil pour lutter contre le réchauffement climatique et s’assurer la mise en place de pratiques responsables vis-à-vis de l’environnement.

En 2020, comment construire une Seine-Saint-Denis de paix ?

Le deuxième débat, modéré par Marie-Christine Vergiat, Vice-présidente de la Ligue des Droits de l’Homme avec la participation de de Nicolas Duveoux (Enseignant-chercheur Université Paris 8), Florent Gueguen (Directeur Général de la FAS), Valerie Gerbin (Observatoire des pratiques policières du 93) et Alejandra Tobon (Association TEJE), s’est concentré sur le cas concret de notre territoire : le Département de la Seine-Saint-Denis. Pendant ce débat, les intervenants ont approfondi sur la nature multiple des inégalités qui touchent les habitants de la Seine-Saint-Denis dans leur quotidienneté, en particulier les personnes les plus vulnérables économiquement, comme les citoyens issus des migrations, les chômeurs, les personnes à bas revenus, les jeunes et notamment les femmes. La Seine-Saint-Denis est marquée par les fortes inégalités qui affectent les habitant.es et se cumulent : disparités économiques, spatiales et de genre, qui -à la fois- s’expriment à travers l’accès aux services et les conditions de logement précaires.

Souvent, les plans économiques mis en œuvre pour développer le territoire laissent de côté les personnes les plus précarisées, notamment les jeunes qui subissent des problématiques comme les violences policières, une difficile insertion professionnelle ou des conditions de travail très précaires. Enfin, la COVID 19 a mis en exergue ces inégalités, mais aussi l’énorme pouvoir de la solidarité des habitants de la Seine-Saint-Denis qui se sont engagés dans des actions solidaires partout sur le territoire et qui ont notamment évité que la situation ne s’aggrave.

Pour construire un monde de paix, comment lutter contre les violences faites aux femmes 

Le troisième débat a permis de confronter le regard de femmes issues de toute la planète, notamment de Seine-Saint-Denis, du Vietnam, des Comores et de la Palestine, ainsi que la vision globale d’une association mondiale de collectivités locales (CGLU). En résumé, les interventions ont donné lieu à une réflexion essentielle : la construction de la paix dépendra toujours de l’efficacité dans la lutte contre les violences faites aux femmes et pour cela les collectivités ont un grand rôle à jouer aux côtés de leurs populations. Cela signifie un grand effort en matière de politiques publiques innovantes et efficaces pour assurer la collecte des données, l’attention immédiate et la sensibilisation des populations vulnérables sur ces droits et les mécanismes de défense et protection existants à son service.

Quand la paix rime plus que jamais avec la justice

Finalement, cette commémoration de la journée internationale de la paix nous a permis de réfléchir sur l’effort commun qu’exige la construction de paix. Nous devons tous nous engager dans la lutte contre les inégalités. Notamment à travers des actions concrètes que les gouvernements doivent mettre en place pour aider les populations délaissées du monde. Allons-y et continuons dans cette démarche. Tou.te.s ensemble.

Nous invitons d’ailleurs toutes les associations de la Seine-Saint-Denis à construire avec nous les initiatives de paix de l’année prochaine. Rejoignez-nous

Retrouver tous ces débats :

Comment construire un monde de paix dans un contexte post-covid ?

En 2020, comment construire une Seine-Saint-Denis de paix ?

Pour construire un monde de paix, comment lutter contre les violences faites aux femmes ?