Emancipation des femmes au Burkina Faso

Un appel du Comité Français pour la Solidarité Internationale (CFSI).

Depuis l’été 2016, les associations Autre terre et Le Baobab créent une filière de production, transformation et commercialisation de produits locaux certifiée biologique, à Ouagadougou et Koudougou. Leurs actions ciblent tout particulièrement les femmes.

Légumes, céréales, arachides, noix de karité… Parce que les consommateurs urbains préfèrent les produits importés prêts à l’emploi plutôt que les produits locaux, il s’agit tout à la fois de diversifier la gamme proposée et d’en améliorer la présentation et la qualité.

Les 215 transformatrices se sont organisées en 2 coopératives. La première se concentre sur la transformation du beurre de karité avec le soutien du Réseau Femme Karité du Burkina Faso (RKF-BF) qui défend l’égalité salariale dans la filière ; la deuxième, sur la diversification des produits, tels que savons, épices, farines, jus et pâte d’arachide…

Claire Yanogo, 48 ans, 8 enfants et veuve depuis 3 ans, témoigne :
« La mise en place de la coopérative de production de beurre de karité nous a donné des moyens de produire en quantité et de vendre. Nous travaillons par groupement, puis le beurre est collecté et vendu collectivement. Je travaille environ 4 à 5 mois pour sa production. J’ai ainsi pu gagner 307 000 FCFA (468 €) d’octobre 2017 à février 2018.

Le travail est dur mais je ne me plains pas parce que j’arrive à dégager un revenu suffisant pour la famille. Nous sommes reconnaissantes : ce projet nous a apporté beaucoup en ce qui concerne la formation, l’équipement et l’appui à la commercialisation. »

Je fais un don.