Un toit pour tous... le mouvement mondial pour le droit fondamental au logement grandit

Le mouvement mondial pour le droit fondamental au logement grandit. Une étude de Equal Times - Droits humains.

« La ville du Cap, comme tant d’autres villes à travers le monde, est devenue la tirelire des excédents mondiaux de capitaux cherchant à investir dans l’immobilier. Des vagues successives de développement visant exclusivement les super riches ont fait monter les prix et privé nos maisons de leur fonction la plus élémentaire : celle de loger les familles. L’effet a été dévastateur pour les dernières communautés pauvres et ouvrières qui vivent encore dans des quartiers bien situés et qui ne sont plus en mesure de payer leurs loyers et leurs taxes foncières », explique à Equal Times Jared Rossouw, membre du comité de coordination du mouvement Reclaim the City.

Grâce à des actions directes, des actions en justice et des démarches de lobbying, ce mouvement participatif de locataires et de travailleurs a fait pression sur le gouvernement provincial du Cap-Occidental pour qu’il fasse marche arrière en ce qui concerne sa politique de logement. L’année dernière, l’administration a annoncé dix autres projets de logements sociaux dans le centre-ville.

À l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation au problème des sans-abri, le 10 octobre 2018, le gouvernement du Cap-Occidental a créé une zone sûre pour y distribuer de la nourriture, de l’eau et porposer une écoute. L’administration a promis de procéder à un nouveau recensement des sans-abri. Elle n’en avait pas organisé depuis 2015, année où elle estimait à 7.000 le nombre de personnes sans-abri.

Lire la suite.