Mission en Palestine

Cette mission a été organisée à l’occasion d’un séminaire de capitalisation d’un projet de la FSGT.

Depuis 1999, le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis est engagé dans une coopération décentralisée avec 3 villes palestiniennes de Cisjordanie : les villes de Jenine, Qalqilya et Tulkarem.

Si beaucoup de projets concernent l’eau et l’assainisement, d’autres thématiques sont travaillées : l’une sur le sport inclusif avec la Fédération Sportive et Gymnique du Travail 93 (FSGT 93) et l’autre sur la liberté d’expression et de dialogue de Paix avec Cartooning for Peace et le Tamer Institute. La mission concernait ces 2 derniers sujets.

En effet, le déplacement avait lieu pendant un séminaire de capitalisation d’un projet de la FSGT (financé par l’AFD) sur le sport inclusif. Ce projet visait, par la formation de formateurs, à améliorer la pratique sportive féminine et à contribuer à renforcer la place de la femme dans l’espace public. Un autre axe visait à permettre la pratique du sport par des personnes en situation de handicap. L’ensemble des acteurs – français ou palestiniens – confirment les bons résultats de ce projet et de ces méthodes, même si les résultats peuvent être différents selon le poids local des traditions et religions.

Mais les discussions ont pu également prendre beaucoup de hauteur. Que cherche t-on vraiment avec ces formations : faire faire du sport n’est ce pas "occuper" des adolescents pour qu’ils ne se révoltent pas contre l’occupation israélienne ? Apprend t-on autre chose en faisant du sport ? En finançant la coopération, ne finançons nous pas l’occupation israélienne ? Autant de questions qui ne seront bien sûr pas tranchées dans cet article.

L’autre partenaire rencontré, le Tamer Institue (basé à Ramallah) existe depuis la première Intifada (1989/90) : alors que toutes les écoles étaient fermées en Palestine, il a édité des livres afin que les enfants ne restent pas sans accès à l’éducation. Le Tamer Institute intervient partout en Palestine : bande de Gaza, Cisjordanie, zone C et gère un réseau d’une dizaine de bibliothèques.

Sur ce projet, en lien avec Cartooning for Peace, il construit des animations en direction de jeunes collégiens autour du dessin de presse, de la liberté d’expression, avec des dessinateurs de renom. En quelques mois, ce sont déjà plus de 7 interventions dans des établissements scolaires qui ont été menés. Il a bien sûr été convenu de continuer ce mode d’action, et de nombreuses pistes de travail semblent possibles : une action commune dans un centre social de Jérusalem-Est ou encore la mise en œuvre d’un dispositif de prévention contre le sexisme en direction des jeunes.

Car si la société palestinienne est soumise à de fortes contraintes et oppressions venant principalement de l’occupation israélienne – et sans décrire la vie quotidienne sous occupation, celle-ci a évidemment des effets destructeurs sur la société palestinienne – la société palestinienne doit pouvoir évoluer sur de nombreuses questions, la place des femmes en étant un élément important. A l’image de l’optimisme développé dans un pays sous occupation, la société palestinienne possède, en son sein, toutes les ressources pour y parvenir !