Rendez-vous de Via le monde

« Territoires et Migrations – Politiques et pratiques de l’hospitalité et de la citoyenneté », projection-débat autour du documentaire « Un paese di Calabria », Cinéma Le Studio à Aubervilliers, le 25 mai 2018.

Ce nouveau Rendez-vous proposé par le Service International – Via le monde en partenariat avec les Centre d’Information Europe Direct, a accueilli 92 personnes (associations issues des migrations, de solidarité internationale ou de défense des Droits de l’Homme, associations d’éducation populaire ou culturelles ainsi que des habitants du département intéressés par la thématique).

Dans la continuité du Rendez-vous de mars 2017 « Migrations - Ensemble, déconstruisons les préjugés », ces rencontres visent à informer et à mieux faire comprendre les enjeux propres aux phénomènes migratoires actuels en les mettant en perspective avec l’Histoire de l’Immigration en France et dans le monde. Il s’agit également de porter à la connaissance du public et de notre réseau d’acteurs les approches historiques, géopolitiques, économiques ou citoyennes de l’immigration.

Dans le cadre de cette projection-débat, notre service a fait appel à des acteurs de divers horizons en qualité d’intervenants :

- Matthieu Tardis, chercheur au centre migrations et citoyennetés à l’Institut Français des Relations Internationales, modérateur du débat.
- Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de la Seine Saint-Denis.
- Jean Matringe, professeur de droit international à l’Université Paris 1.
- Agnès Arquez-Roth, responsable des partenariats au Musée National de l’Histoire de l’Immigration.
- Mohammed Ouadanne, délégué général de l’inter-réseau Mémoires et Histoires.
- Sophie Bulbulyan, chorégraphe de la compagnie DK Bel, dont le projet d’échanges artistiques entre des jeunes de Seine Saint-Denis et du Val d’Oise avec les réfugiés de camp de Chios en Grèce a été soutenu par Via le monde en 2017.

L’objectif des échanges était à la fois d’aborder les politiques migratoires nationales et européennes et leurs effets sur la société, les engagements citoyens qui émergent de ces nouvelles migrations mais également leurs origines, qu’elles soient historiques, politiques, économiques ou climatiques.

Il s’agissait également d’entrevoir ces migrations à l’aune de l’Histoire de l’Immigration, à la fois en Seine-Saint-Denis, territoire historique d’accueil des populations immigrées, en France et Europe.

Sur notre territoire, les questions de migrations recèlent des enjeux forts, des opportunités et des défis pour les collectivités et leurs missions de service public. Stéphane Troussel a notamment abordé ceux liés à l’Aide Sociale à L’Enfance, confrontée depuis plusieurs années à une augmentation exponentielle de l’arrivée de Mineurs Non Accompagnés dans le département.

La Seine-Saint-Denis, riche de sa diversité mais en proie à des moyens toujours plus contraints, est un véritable laboratoire de politiques publiques du fait de la composition multiculturelle et de la jeunesse de sa population.

Jean Matringe s’est attelé à des questions plus juridiques en lien avec les politiques migratoires et d’intégration nationales et européennes, leurs effets et leurs contradictions.

Hélène Orain et Mohammed Ouadanne ont, quant à eux, abordé les enjeux liés à la nécessité de faire connaître l’Histoire française de l’Immigration, notamment auprès d’un public jeune, par le biais des actions culturelles et éducatives : il s’agit de mieux comprendre les migrations d’hier et d’aujourd’hui pour se sentir pleinement citoyens et acteurs de la société à l’échelle aussi bien locale que mondiale.

Le service International – Via le monde tient à mettre en lumière sur chacun de ses événements un projet soutenu dans le cadre de son appel à projets. La compagnie DK Bel a mis en place en 2017 un séjour artistique et de solidarité internationale pour 20 jeunes, dont 10 originaires de Pantin, auprès des réfugiés du centre JRS d’Athènes.

Tous les participants français, grecs ou réfugiés ont ainsi pu échanger autour d’ateliers artistiques. Ce projet a permis aux jeunes impliqués de dépasser certains préjugés ou clivages afin d’aboutir à un dialogue entre Européens et jeunes migrants venant majoritairement du Moyen-Orient. Sophie Bulbulyan, chorégraphe de la compagnie et lauréate en 2018 du Trophée des Français de l’Etranger, a pu expliquer comment ce séjour a été également l’occasion, pour certains jeunes participants issus de familles immigrées, de trouver un écho à leur histoire personnelle et familiale et aux jeunes, moins concernés directement par le parcours migratoire, d’en comprendre se mécanismes, ses causes et ses conditions.

Les échanges avec le public ont été variés et riches, concernant parfois des problématiques connues dans des zones géographiques précises comme le Mali et les Comores notamment. La question des politiques françaises de développement ont également été abordées comme réponses plus ou moins efficaces aux causes des migrations. D’autres aspects plus citoyens et culturels ont été abordés comme étant de véritables réponses à l’enjeu d’intégration, de meilleure compréhension du phénomène migratoire et de déconstruction de tensions sociales.

Toutes ces questions sont évidemment très prégnantes sur un territoire comme celui de la Seine-Saint-Denis, par ailleurs prochainement hôte d’un grand événement sportif international, c’est pourquoi le Service International – Via le monde voit comme un enjeu fort de contribuer à l’élaboration d’une parole politique sur la citoyenneté mondiale et la gouvernance des migrations, aussi bien à l’échelle des collectivités territoriales qu’en direction du tissu associatif, particulièrement important dans notre département.

Déjà engagé dans une réflexion sur ces enjeux avec des partenaires associatifs tel que le GRDR Migration-Citoyenneté-Développement, Via le monde, au regard de la qualité des échanges et des interventions lors de ce rendez-vous du 25 mai dernier, souhaite continuer ce travail de réflexion et de construction d’un discours propre au Département, en lien avec le monde de la recherche, et notamment l’Institut Convergences Migrations réunissant le CNRS, l’EHESS, l’EPHE, l’Ined, l’Inserm, l’IRD, l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et le Collège de France.