Simulation scolaire de parlement européen

Il s’agit d’un projet bénévole porté par Alexandre Schon, jeune professeur d’Histoire/Géographie du Collège Jean Vigo d’Epinay sur Seine (REP +).

Ce projet de simulation de Parlement européen, né durant l’année 2017-2018, a évolué, s’est diversifié et a changé d’échelle jusqu’à devenir un projet collectif et transfrontalier conçu avec les jeunes de différentes nationalités européennes.

A travers l’apprentissage de l’eurocitoyenneté, le projet a permis aux jeunes d’organiser plusieurs échanges européens et manifestations, repoussant les limites face à la crise pandémique par l’innovation technologique.

Description  :

Munis de badges comprenant noms et prénoms de vrais députés européens existants avec leurs groupes politiques affiliés, les jeunes sont amenés à construire puis travailler sur quatre projets de résolutions sur la compréhension européenne et internationale, le sens commun de l’identité européenne, le développement durable, la protection de la santé en lien avec la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, l’actualité du Parlement européen et leurs échanges avec des jeunes d’un autre Etat-Membre. Ils conçoivent ainsi leurs amendements en commissions le matin, puis défendent, échangent, débattent et les votent en plénière l’après-midi, sous le haut patronage et la présidence d’un vrai député européen venu exprès le jour de la Simulation afin de présider les débats. Des échanges se créent alors entre les jeunes apprentis députés et le député européen.

En partenariat avec : le Département de la Seine-Saint-Denis, le centre de ressources « Via le monde », le Haut-Patronnage de la représentation française à l’UNESCO (en projet 2020), l’Institut Jacques Delors (1ère édition), les associations Les Jeunes Européens – France, Starting Block, e-Graine, la Mairie d’Epinay-sur-Seine, le jumelage franco-allemand Epinay-Oberursel et des établissements scolaires de 5 pays-membre de l’Union européenne.

1ère étape (2017-2018) : 50 élèves de 2 classes de 5e (B et G) qui ont travaillé leurs sujets de commission parlementaire sur les sujets suivants :
Le glyphosate
La pêche électrique
Les Minerais de sang
Les Textiles de sang .

Pour cette expérimentation ils ont bénéficier d’une journée banalisée pour travailler en Commission parlementaire le matin (09h-12h) puis finaliser leurs amendements (2/3 amendements max./commission) l’après-midi de 13h30 à 14h30, ils ont été répartis en 4 salles (4 commissions sur les 4 thèmes, répartis en 6 groupes politiques), puis ont présenté leurs amendements par groupes politiques (distribués au prorata des équilibres politiques actuels du Parlement) pour un vote en plénière par l’ensemble des élèves et présidé par Monsieur le Député européen Younous Omarjee. Cette simulation est suivie d’un échange avec le député européen de 45 min.
En amont, Via le monde a fait intervenir l’association Starting-Block et E graine, pour réfléchir sur les problématiques et les enjeux du glyphosate et du textile de sang (début mai) et l’association des jeunes européens. Ils sont intervenus les lundi 28 et mercredi 30 mai, pour leur expliquer comment fonctionne le parlement européen et les préparer à la simulation.

2e étape (2018-2019)  : Le projet s’est diversifié sous la forme d’une mini-simulation de Parlement européen. Co-construit/animé par d’anciens jeunes participants lors d’un stand de la manifestation scientifique "Savante Banlieue" (Paris XIII). Ce projet a brassé plus de 100 jeunes sur la base d’une simulation simplifiée de 20 min et 15 participants autour du thème "Automobile et pollution de l’air".

En parallèle, la Simulation de Parlement européen s’est développée, avec l’incorporation de trois collèges de la Seine-Saint-Denis. Le collège J. Vigo (Épinay-sur-Seine) a ainsi démarché le collège A. Sisley (L’Ile Saint-Denis) afin de travailler sur les contacts et relationnels inter-élèves entre quartiers adjacents dans le cadre des réseaux de l’éducation prioritaire. Cette édition spéciale s’est opérée dans l’Hémicycle du Département de la Seine-Saint-Denis en présence de la Madame la députée européenne Christine Revault d’Allonnes.

En parallèle le collège G. Brassens (Sevran) a reproduit le même projet en présence de Monsieur le député européen Alain Lamassoure quelques semaines plus tard au siège du Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis.

3e étape (2019-2021) : « FIGHT COVID, The Scholar Electronic European Parliament Simulation »
Sous le Haut-Patronage de la représentation française de l’UNESCO le projet eurocitoyen, existant depuis plus de trois ans, est un succès. Lors de cette étape le projet devait se développer dans plus de sept établissements scolaires-partenaires et rentrer dans sa 4e édition. Un point culminant des manifestations physiques au siège mondial de l’UNESCO à Paris avec les 4 collèges éducation prioritaire de la ville d’Epinay-sur-Seine (93) et plus de 100 élèves (classe de troisième – 16 ans).

Face à la crise pandémique de la COVID-19, et la fermeture de tous les établissements scolaires de France, c’est un nouveau projet qui a émergé , innovant et 100% numérique, avec encore davantage d’échanges : « FIGHT COVID, The Scholar Electronic European Parliament Simulation »

En Juin 2020, c’est presque 100 jeunes originaires de quartiers essentiellement prioritaires de 6 Etats-membres différents (France, Norvège, Suède, Danemark, Allemagne et Belgique) qui ont co-construits ensemble avec leurs jeunes enseignants-référents bénévoles, cette expérience innovante d’eurocitoyeneté en ligne malgré la crise pandémique : autour du sens commun de l’identité européenne.
Le scénario de FIGHT COVID : Mars 2020, face à l’alerte pandémique COVID-19 la grande majorité de l’Union se confine. Vous incarnez un député européen au devez sauver les citoyens européens et l’Union en votant les bonnes décisions.

Pour permettre à ce novateur projet numérique eurocitoyen d’exister : l’équipe du projet a développé en interne et bénévolement un nouveau logiciel, innovant et inédit : EUVote, et son interface en ligne EUkklesia.

Quatre sujets ont été traités :

  • Vote de fonds européens d’aide d’urgence face à la COVID-19
  • Vote du financement de la vaccination contre la COVID-19
  • Les Frontières face à la crise COVID-19
  • Régulation des applications de Contact-tracing face à la COVID-19


Comme de vrais députés, chaque pays s’est préparé en amont en suivant au quotidien l’actualité des débats au Parlement européen, en auditionnant des acteurs associatifs à distance (ex : bénévoles des Restos du cœur et de la Croix Rouge en France). Le projet s’est également adossé à deux rencontres organisées à l’initiative du Bureau d’information du Parlement européen en France :
- l’une avec Madame Marie Ramot, Conférencière officielle du Parlement européen qui a pu répondre à certains participants de la simulation sur l’actualité COVID-19 au sein du Parlement européen et de la Commission européenne (session interactive en ligne)
- l’autre en conclusion avec Madame la députée européenne Salima Yenbou, autour de l’actualité COVID-19 au sein du Parlement européen ainsi que le rôle d’une députée européenne et l’accès à la culture/éducation en Europe.

Le jour J, les jeunes des six nationalités ont été mixés dans les 4 commissions parlementaire et groupes politiques, et ont amendés/votés 4 textes promouvant la solidarité, le développement d’un sens commun de l’identité européenne et la compréhension européenne entre jeunes, confinés mais proches les uns des autres par leurs citoyenneté et l’écoute mutuelle.

Ce projet va continuer.