Portraits d’acteurs Festisol - 9

Portrait d’Emma Ehadi Lokotte, Présidente de l’association EWAD.

« Emma : l’entraide est une caractéristique naturelle »


Emma Ehadi Lokotte est une femme active, pleine de bonne volonté et prête à tout pour agir dans son village natal, Lodja, au Congo. Issue d’une famille de 8 enfants, elle passe son enfance et son adolescence au Congo. Elle étudie l’économie rurale après l’obtention de son baccalauréat, avec un but : « Améliorer les outils et méthodes de son village dans le domaine de l’agriculture  » dit-elle.

« Emma et son amour pour le Congo »


L’association EWAD s’est fondée dans un contexte particulier. Avec l’arrivée au pouvoir du nouveau Président congolais, Joseph Kabila, une crise politique frappe le pays. « Certaines écoles sont détruites, les enfants ont peur d’aller à l’école » explique Emma.

Outre ce problème majeur, les inégalités entre les femmes et les hommes restent très présentes au Congo. De nombreuses jeunes filles ne vont plus à l’école, obligeant certaines à se marier dès l’âge de 13 ans. Et pour celles qui ne se marient pas, que se passe-t-il ? Elles peuvent tomber enceintes, elles déshonorent leurs familles, et surtout représentent un manque à gagner, car traditionnellement, les hommes doivent verser une dot à la famille pour épouser leur fille.

« Emma et l’espérance : un point commun »


Pour subvenir aux besoins de ces femmes délaissées et réprimées par la société, Emma et les bonnes sœurs de l’Eglise qu’elle fréquente quotidiennement, crées un groupe.

«  Elles se sentaient écoutées, on a donné à chacune de ces femmes, une poule, pour les aider à se nourrir  »

affirme Emma.

C’est ainsi que lui vient à l’esprit de créer en 1997, Espérance de Watamnbolo pour le Développement (EWAD), une association permettant à des jeunes femmes-mères de se retrouver pour échanger et s’exprimer sur leurs problèmes au quotidien.

En 2005, la Présidente d’Ewad s’installe en France, laissant aux bonnes sœurs, la responsabilité de maintenir l’activité pour ces jeunes femmes. Elle trouve un emploi dans un centre de loisirs à Villemomble, près de Rosny-sous-Bois.

Depuis, dix ans, Emma jalonne sa vie entre l’association, son travail et sa vie de famille. Celle-ci a beaucoup de projets pour Ewad, dont celui de créer un centre, un lieu pour des femmes-mères.

Elles pourront recevoir des formations à la couture, l’hôtellerie ou encore dans le domaine de la santé, pour se réinsérer dans la société congolaise en y trouvant un emploi.

« Au village, un terrain de 10 hectares est exploitable, mais nous manquons de fonds et de compétences pour démarrer les travaux, en attendant nous cultivons des légumes pour notre groupe de femmes » confie Emma.

La Présidente d’Ewad rencontre alors plusieurs personnes qui l’aideront à mener ce projet ambitieux. Via le monde accompagne Emma dans l’élaboration de son dossier de projet. Elle a également tissé des liens d’amitié avec une autre association rosnéennes, présentée dans nos anciens portraits, Gisèle Fougères de l’association AHVEC.

Emma Ehadi Lokotte est déterminée pour réaliser ses projets et pour tous les autres qu’elle ambitionne de mener.

Qu’est-ce que fait Ewad pour le FestiSol ?

Après s’être investie, avec d’autres associations de Seine-Saint-Denis, dans la « disco soupe » pour le lancement du FestiSol, le 18 novembre à la rotonde de la Villette, vous pourrez retrouver l’association Ewad le 2 décembre au centre socioculturel des Marnaudes, de 12h à 17h. Un repas collectif ainsi qu’une animation de photo langage sont prévus.

Alors un conseil, direction Rosny-sous-Bois !