Portraits d’acteurs Festisol - 6

Portrait de Gisèle Fougères, Présidente Ile-de-France de l’association AHVEC (Axe Humanitaire des Volontés Européennes et Camerounaises), située à Rosny-sous-Bois

Gisèle Fougères est une personne passionnée par le monde associatif et active sur tous les plans. Infirmière libérale de profession, elle exerce dans les années 1970 dans des Zones à urbaniser en priorité (ZUP), territoire prioritaire des politiques sociales. Elle est nommée Présidente du syndicat des infirmières libérales du département de l’Oise, devient membre de la Fédération Nationale des Infirmières et donne des formations continues. Bref, Gisèle Fougères se n’arrête jamais.
Depuis son enfance, Gisèle savait qu’elle était destinée à travailler dans le domaine médical.

Alors qu’elle travaille en cabinet médical dans la ville des Lilas dans les années 90, Gisèle rencontre un infirmier du nom de Luther. Cet homme lui parle de son association Axe humanitaire des Volontés Européennes et Camerounaises (AHVEC), dont il est un des membres fondateurs, et de leur projet de créer un centre de santé au Cameroun dans le village de Balveng. Tout de suite, Gisèle est séduite et se lance dans cette riche aventure. Et comme le destin fait bien les choses, celle-ci s’était inscrite, à une formation « maladie tropicale », lors de la préparation de son diplôme d’infirmière.

L’urgence était d’abord de créer un endroit pouvant accueillir des adolescents en difficultés. Et c’est pour cela, que l’association AHVEC a réalisé un centre d’accueil et de formation. L’établissement forme des jeunes à la maçonnerie ainsi qu’à la menuiserie, afin qu’ils puissent obtenir un diplôme et intégrer le monde du travail. Plus de 100 jeunes ont été formés, dont certains ont lancé leurs petites entreprises.

Marjorie Brun, institutrice à Marseille, passionnée également et adhérente à l’AHVEC depuis de nombreuses années participe à la création d’une école maternelle dans le village de Balveng. L’école reçoit 60 enfants, encadrés par deux institutrices locales formées à l’école normale de Bafousssam. L’enseignement dans cette école est bilingue français-anglais

En 2006, les projets de l’association AHVEC fonctionnent et la retraite approche pour Gisèle. Elle « souhaite continuer à s’occuper de malades, faire des formations et des actions de prévention » dit-elle. La construction d’un centre de santé revient alors sur le tapis. Les travaux du centre de santé La Source débutent, avec l’aide de leurs jeunes artisans formés, pour construire les fondations, les murs et le mobilier (chaises, tables), « c’est quelque chose qui leur appartient, ils se sentent chez eux » déclare la Présidente IDF d’AHVEC. Ce projet collectif fait aussi appel à des architectes camerounais, ainsi qu’aux femmes du village qui confectionnent des briques en terre sèche. Ce centre de santé s’est construit avec l’ambition de faire fonctionner l’économie locale en rémunérant les contributeurs du projet, et surtout de transférer « un savoir-faire sur place » insiste Mme Fougères.

En 2012, le centre est ouvert et comprend un service de consultations et de soins, un laboratoire d’analyses, une maternité et un centre de vaccination reconnus par les instances médico-sociales de la région et gérés par des professionnels de la santé.

Et après un centre d’accueil, une école maternelle et un centre santé, AHVEC n’a pas dit son dernier mot. En effet, depuis 2013, une médiathèque s’est développée au sein de La Source. Ce lieu est destiné aux jeunes notamment pour leur donner accès aux nouvelles technologies. Il est aussi possible pour les professeurs des écoles environnantes d’emprunter ce lieu ainsi que le matériel informatique pour y faire cours.
« Apporter quelque chose de nouveau, accessible à toute la population, c’est la dynamique de l’association » résume Gisèle.

L’association souhaite que l’ensemble de ces structures deviennent sur le long terme, autonomes et indépendantes des dons et des subventions publiques.

Actuellement, une équipe d’AHVEC est au Cameroun pour former des professionnels médicaux et paramédicaux sur les bonnes pratiques d’hygiène. Cette formation est très importante, car elle permettra à ces professionnels de se rendre dans les écoles, pour former, à leur tour, les enfants aux bonnes pratiques d’hygiène à adopter.

En Seine-Saint-Denis, AHVEC travaille aux côtés de la mairie de Rosny-sous-Bois, et participe notamment au comité de développement durable. Elle apporte aussi son aide aux petites associations dans leur communication.

Que fait AHVEC pour le FestiSol ?

Venez déguster un repas solidaire et collectif lors de l’événement de lancement du FestiSol le 18 novembre, à partir de 16h à la Rotonde de la Villette.

Le principe ? Récupérer les fruits et légumes invendus des commerçants pour en faire des jus, des compotes, des soupes ou encore des salades ! Principe plus joliment appelé « Disco Soupe ».

Le but ? Eviter le gaspillage

Cette disco-soupe sera orchestrée par des associations de Seine-Saint-Denis dont AHVEC, Ewad (une association de Rosny-sous-Bois) et le CCFD (Comité Catholique contre la Faim et le Développement), en collaboration avec des associations caritatives et humanitaires de Paris.

Ils vous attendent pour confectionner avec eux, un repas solidaire et collectif en musique !

Cléa Agosta