Compte-rendu de la réunion de la Commission sur les droits humains et le droit à la ville

Commission Inclusion Sociale, Démocratie Participative et Droits Humains de CGLU.

Le 18 avril dernier, à l’occasion du Bureau exécutif de CGLU, la Commission Inclusion Sociale, Démocratie Participative et Droits Humains de CGLU et la ville de Madrid ont organisé une réunion de villes pour les droits humains et le droit à la ville. Le compte rendu de cette rencontre, qui a regroupé des gouvernements locaux et des organisations de défense des droits humains de la société civile madrilène est disponible en ligne.

En présence d’une centaine de personnes, les représentants des gouvernements locaux (Madrid, Plaine Commune, le Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, Gwangju, Barcelone, la ville de Mexico, Montevideo, Nanterre, Vallromanes, Toronto, Sao Leopoldo, Lausanne,…) ont fait part de leurs priorités et de leurs stratégies de défense et de garantie des droits. A cette occasion, la ville de Madrid, a pu faire connaître le Plan Stratégique pour les Droits Humains récemment approuvé par le Conseil Municipal.

Les interventions et les échanges avec la salle ont fait clairement apparaître les défis communs pour la mise en œuvre des droits au niveau local : les tendances xénophobes et au repli sur soi observées dans l’ensemble du monde, les politiques d’austérité qui limitent considérablement la capacité des gouvernements locaux pour mettre en œuvre les droits et enfin le recul des libertés publiques. Face à ces menaces, les participants ont partagé leurs pratiques pour permettre l’accès universel aux droits, notamment pour les migrants, comme dans la ville sanctuaire de Toronto, ou pour lutter contre l’islamophobie comme à Barcelone, leurs pratiques d’inclusion des jeunes comme en Seine-Saint-Denis ou encore de travail sur la citoyenneté globale. Les participants ont aussi insisté sur le lien entre les processus de mémoire historique et la culture des droits. Ainsi, la ville de Gwangju a présenté son travail sur la mémoire du soulèvement démocratique de 1980, tout comme les associations de victimes de la dictature franquiste présentes.

Les représentants des gouvernements locaux présents ont insisté sur l’importance du travail en réseau au sein de la Commission, en cette période difficile de recul des droits, pour renforcer, du local au global, les messages et les pratiques destinées à promouvoir, garantir et protéger les droits humains.

A l’occasion de la réunion, les Co-présidents de la Commission ont aussi présenté le Rapport d’Activités 2016 et le Plan d’Action 2017.

Enfin, Kim SOO A, en représentation de la ville métropolitaine de Gwangju, a invité l’ensemble des participants au 7ème Forum Mondial des Villes pour les Droits Humains qui se tiendra du 14 au 17 septembre prochain à Gwangju en partenariat avec la CISDPDH.