Ou bien

Une parole libre (Mauritanie).

Réalisation d’un film de 52 minutes qui racontera l’engagement contre les discriminations et les injustices de la jeunesse Mauritanienne et de celle du département, où sont implantés des membres actifs de la scène hip-hop franco-mauritanienne à Aulnay-sous-Bois, Saint-Denis et Noisy-le-Sec.

L’ambition du projet est de mettre en scène la société mauritanienne à travers les récits musicaux de rappeurs qui luttent pour la démocratie dans leur pays. Le hip hop constitue pour eux le principal vecteur de leur expression contestataire. Le projet s’applique à mettre cette démarche en résonance avec des modes d’engagements comparables de la jeunesse de Seine-Saint-Denis.

Outre son exploitation audiovisuelle, le film sera diffusé en avant-première lors de la troisième biennale « le Printemps de la Mémoire » du réseau Histoire et Mémoires dont plus d’un tiers des associations sont basées ou développent des actions en Seine-Saint-Denis ; lors de projections-débats en présence du réalisateur, via les réseaux associatifs liés aux migrants ou aux communautés originaires d’Afrique de l’Ouest de Seine-Saint-Denis, partenaires du dispositif Passeurs d’Images. La projection du film à des lycéens et des collégiens du département sera couplée à une scène musicale au cinéma Jacques Prévert d’Aulnay-sous-Bois, en collaboration avec la structure aulnaysienne Le Cap. Enfin, le film sera présenté au prochain Festival Villes des musiques du Monde.